Menu Menu
Retour aux médias

Pharmaciens et arrêt du tabac : des partenaires de santé privilégiés pour arrêter de fumer

jeudi, 04 mars 2021

C’est le constat de l’étude de Johnson & Johnson Consumer Health qui éclaire où en sont les Français quant à l’arrêt du tabac durant la pandémie de COVID-19, et le rôle que peuvent jouer les pharmaciens dans cet enjeu majeur de santé publique.

Arrêter le tabac : une volonté influencée par le contexte sanitaire actuel

Depuis deux ans, la consommation de cigarettes a diminué en France. 73 % des Français se déclarent aujourd’hui non-fumeurs, contre 55% en 2018. Cette dynamique est renforcée par le contexte sanitaire.
La pandémie de COVID-19 a bouleversé les modes de vie. Les confinements et leur impact sur la vie sociale, le télétravail, le stress causé par l’incertitude du futur, la peur pour sa santé et celle de ses proches... cette situation inédite pour tous a un impact sur les comportements.
L’enquête de Johnson & Johnson Consumer Health montre que le désir et les efforts pour arrêter de fumer ont augmenté pendant la pandémie de COVID-19. 24 % des fumeurs indiquent même la COVID-19 comme leur principale raison d’arrêter.
En effet, l’OMS a indiqué que le tabagisme est associé à une sévérité accrue des symptômes et à un taux de décès plus élevé chez les patients atteints par la COVID-19. En arrêtant de fumer, les fumeurs souhaitent probablement se protéger plus activement contre le virus.

Les Français comptent sur les pharmaciens pour arrêter de fumer

L’officine est un lieu clé de prévention du tabagisme. Interlocuteurs privilégiés lorsqu’il s’agit de santé, les pharmaciens occupent une place déterminante et stratégique pour aider les fumeurs à mettre fin à leur consommation de tabac.
Ils jouent un rôle de sensibilisation auprès des fumeurs pour les interpeler sur leur consommation de tabac. Et ils sont aussi reconnus dans leur rôle de prise en charge individuelle et durable des patients qui souhaitent arrêter de fumer. Ils peuvent les accompagner avec des entretiens personnels, des questionnaires, des conseils pratiques et un suivi. Ils sont particulièrement bien placés pour les conseiller sur l’utilisation des substituts nicotiniques et leur proposer un soutien comportemental personnalisé.
En effet, un fumeur aura 80% de chance en plus d’arrêter de fumer s’il reçoit l’aide d’un professionnel de santé pour un sevrage tabagique adapté à ses besoins. La relation de confiance entre patient et pharmacien est donc décisive dans le succès de l’arrêt du tabac, et elle repose sur une envie partagée. De fait, 94% des pharmaciens sont intéressés dans l’accompagnement et le traitement des fumeurs souhaitant arrêter de fumer.

Les astuces des pharmaciens pour soutenir les fumeurs dans l’arrêt du tabac :

  • Évaluer le niveau de dépendance du fumeur, en utilisant le test de Fagerström.
    • Fournir des conseils sur le mode de vie, y compris sur la gestion des symptômes de sevrage.
    • Aider le fumeur à rester motivé au quotidien en l'accompagnant tout le long du processus de sevrage.
    • Aider le fumeur à identifier le meilleur traitement pour lui.
    • Fournir aux fumeurs un accès aux services d’arrêt du tabac, y compris les lignes d'assistance, tels que le site Tabac Info Service (www.tabac-info-service.fr)

  • Les substituts nicotiniques : une solution adaptée au conseil au comptoir

    Les substituts nicotiniques sont le traitement médicamenteux de première intention dans le sevrage tabagique recommandé par la Haute Autorité de Santé (HAS). Ils remplacent la nicotine de la cigarette, aident à apaiser les symptômes désagréables du sevrage et limitent ou même éliminent les effets du manque de nicotine (nervosité, irritabilité, difficultés de concentration intellectuelle, humeur dépressive, augmentation de l’appétit...).
    98% des pharmaciens pensent que les fumeurs ont plus de chance d’arrêter définitivement de fumer en combinant deux substituts nicotiniques, ou plus. Cette opinion est confirmée par l’HAS, qui préconise aussi de combiner des patchs et des formes orales de substituts nicotiniques (gommes, comprimés, pastilles, inhaleurs ou sprays buccaux).